Mobilité internationale

La mobilité internationale au cours du CMI est fortement incitée et soutenue.

Elle peut prendre trois formes :

  • un semestre d’enseignement complet à l’étranger ;
  • des éléments d’enseignements spécifiques, dans les universités voisines (programme EUCOR)
  • un stage à l’étranger.

 

Lorsqu’il s’agit d’effectuer une partie de son cursus dans une université ou école à l’étranger, l’étudiant convient d’un projet dans une université d’accueil, avec les responsables pédagogiques et le responsable des relations internationales. Celui-ci peut différer de celui du CMI, mais doit être équivalent en termes de niveau et d’objectifs disciplinaires (pré-requis majeurs pour les années suivantes).

Le service des relations internationales de l’Université de Strasbourg propose plusieurs formules pour mettre en œuvre et financer cette mobilité.

En Europe, les programmes suivants sont disponibles :

  • Erasmus : il s’agit d’un programme d’échange à l’échelle européenne. Pour en bénéficier il faut avoir validé une année d’études ; la préparation se fait généralement durant le L2 pour un départ durant le L3. Une mobilité pendant le master est également envisageable, sous réserve de ne pas perdre la spécialisation systèmes/réseaux.
  • EUCOR est un campus tri-national qui regroupe cinq universités du Rhin supérieur (Fribourg, Bâle, Karlsruhe, Strasbourg et Mulhouse). En plus de favoriser la mobilité des étudiants entre ces différents établissements, EUCOR supporte également des réseaux et projets de recherche et des collèges doctoraux. Bien que le CMI ne compte pas parmi les parcours transfrontaliers, les étudiants peuvent suivre des UE ou participer à des événements spécifiques (université d’été, séminaires) dans ces universités partenaires.
  • accords interuniversitaires : plus de 40 programmes d’échanges (hors Erasmus et Eucor) avec d’autres établissements européens.

 

Dans le reste du monde, l’Université a également conclu des accords inter-universitaires (environ 50, dont une trentaine en Amérique du Nord), et s’appuie sur un certain nombre de réseaux d’échange :

  • le réseau CREPUQ à destination d’université du Québec ;
  • le réseau MAUI (Mid-America Universities International) ;
  • le réseau AEN, pour l’Australie.

 

Le financement de la mobilité peut être appuyé par l’attribution de bourses d’études à l’étranger :

  • bourse Eucor de mobilité ponctuelle
  • bourse Erasmus : Son montant est d’environ 160 € par mois. Il n’y a pas de démarche spécifique à effectuer, la demande de bourse s’effectue automatiquement lors de la candidature Erasmus.
  • bourse villes jumelles de la Ville de Strasbourg pour les départs à Dresde (Allemagne), Stuttgart (Allemagne) et Leicester (Royaume-Uni).
  • Allocation de Mobilité Internationale de l’enseignement supérieur (AMI) : pour les boursiers, sur critères sociaux (toutes destinations)
  • bourse Boussole de la Région Alsace (toutes destinations)
  • bourses Unistra : Cette bourse allouée par l’Université de Strasbourg est réservée aux étudiants effectuant une mobilité en Australie, au Canada, aux Etats-Unis, au Japon, au Brésil, au Chili, en Chine, en Corée, en Inde, en Russie

 

Ces aides sont cumulables.

En ce qui concerne les stages, le programme Erasmus stages facilite la recherche et apporte une aide financière, pour l’Europe. Les bourses Unistra, Boussole et AMI permettent pour leur part de financer les frais liés à une mobilité pour effectuer un stage dans le reste du monde.